Papotages, balades et billets d'humeur !

Fin de l’allaitement, cette belle aventure lactée

Bonjour à tous !

Aujourd’hui j’immortalise la fin de notre allaitement avec Léandre, la fin de cette très belle aventure lactée que nous avons vécue ensemble pendant 19 mois.

J’ai pris plaisir lors de ma grossesse et lorsque je suis devenue maman à vous écrire des articles sur le maternage, n’hésitez pas à les lire ! Celui-ci étant la suite logique des articles déjà écrits. Par exemple celui-ci ci sur l’accouchement ! Ou encore sur l’importance du papa dans l’allaitement !

19 mois, jamais je n’aurais pensé allaiter aussi longtemps mon fils.  » Longtemps » n’ est pas le mot car je ne l’ai pas du tout ressenti comme ça, tout était si naturel et iné.

J’ai l’impression que ces 19 mois sont passés tellement vite que je n’ai pas vu mon fils grandir alors que j’ai aussi le sentiment d’avoir malgré tout profité de chaque instant.

La tétée c’est sacrée! Après avoir essuyé les préjugés, la seule chose la plus embêtante de l’allaitement, le regard des autres ou plutôt leurs paroles nous avons juste profité.

Allaiter partout, tout le temps, suivant les besoins de mon fils et en se moquant de ce que pouvaient dire les gens.

Je retiendrais les yeux pleins d’amour de mon fils qui me regardent tout en lui donnant la tétée, ses éclats de rire mon sein entre ses lèvres, son petit cri de joie quand on commence la tétée. le bonheur de le voir aussi apaisé, rassuré, répus, comblé de bonheur.

Je me suis vraiment construite en tant que maman avec cet allaitement, ce lien si unique, si fort. Je pense que chaque maman qui allaite ou non créer un lien fort avec son enfant, ce sont les seuls à entendre notre cœur battre de l’intérieur ! Mais personnellement je n’ai connu que celui ci de cette façon là. Et à mes yeux c’était la plus belle des façons car c’était la notre.

Mes plus beaux moments seront forcément les premières tétées où j’étais un peu maladroite avec des difficultés à positionner bébé avec cette envie viscérale d’allaiter, cette fierté de le faire.

Pourtant les premières tétées étaient douloureuses, je m’en mordais le doigt et malgré tout c’était déjà ancré en moi, je ne me voyais pas faire autrement !

Les premiers mois… à changer deux fois de chemise de nuit car j’étais trempée de lait ! A dormir avec un lange sous moi pour ne pas avoir en plus à changer de drap housse trempé de lait ! Halala on ne nous dit pas tout ça ! Mode glamor activé! Mais j’en garde de bons souvenirs.

C’était pour moi la plus belle aventure de ma vie, celle qui m’a apporté l’énorme satisfaction d’avoir un rôle de maman que je considérais accompli, je me sentais complète et gratifiée de lui apporter mon lait, mon or blanc. La magie de voir mon corps se transformer avec la grossesse, mon corps produire l’alimentation de mon enfant c’est magique.

Je me suis trouvée, découverte, j’en ais appris plus sur moi, sur mon corps, sur son fonctionnement, le corps d’une femme est tellement impressionnant.

Je me rappellerais de ses giclées de lait intempestives, de mon corps qui réagissait à chaque expression de mon fils.

C’est impressionnant, quelques secondes avant qu’il pleure, mes seins coulaient déjà, un lien si unique, une fusion, nous étions totalement connectés ! Mon corps réagissait totalement aux besoins de mon fils. La production de lait adaptée à ses besoins évoluaient pour y repondre au plus près. Lorsque je tirais mon lait, il pouvait être plus ou moins gras, plus ou moins coloré, il s’adaptait à lui.

Je me souviendrais aussi de mon sein dans un bol d’eau chaude avec du bicarbonate car je souffrais d’une mastite ! Halala sacrée aventure ! Ou du muguet de Léandre ou je devais me nettoyer les seins à l’eau et bicarbonate !

De mes larmes et de ma colère d’avoir gâché du lait en le faisant tombé quand j’utilisais mon tire lait. De la peur de ne pas tirer assez pour subvenir à ses besoins.

Je me souviendrais du soutien de mon chéri qui me ramenait Léandre au sein, nous regardait avec beaucoup d’amour et de fierté.

C’est important de ne pas raconter que le positif mais aussi toutes les petites embûches que l’on a pu traverser qui sont là vraie vie ! Mais qui nous ont rendu plus fort, plus sur de nous !

Et j’ai envie de dire que malgré tout ça, j’ai tellement pris plaisir à allaiter mon fils j’en suis vraiment très fière de m’être surpassée pour lui ! Moi qui ne pensait pas ça possible avec ma maladie !

Est ce que j’allaiterais de nouveau si je fais un deuxième enfant ? Ho que oui bien sur ! J’ai eu de si beaux moments, j’en suis encore tellement nostalgique !

Je vous parle également de cette fin d’allaitement, comment cela s’est déroulé ! Tout en douceur ! Et un peu trop vite à mon goût !

Papa disait de temps en temps que Léandre était grand que la tétée serait bientôt terminée, que l’on devait tout les deux nous y préparer.

J’ai cheminé un petit peu mentalement ne voyant pas mon bébé allait devenir petit garçon. Surtout qu’il est quand même très débrouillard pour son âge, pour moi ça reste mon tout petit.

19 mois c’est déjà une très belle aventure mais je sais que des mamans continue beaucoup plus et c’est tout à leur honneur.

Personnellement j’aurais pu encore continuer, je ne pensais pas que Léandre serait prêt, que ça se passerait si rapidement finalement.

Petit à petit, je lui disais lors de ses demandes en journées que la tétée c’était juste le soir pour faire le dodo. S’il en avait vraiment fort besoin et me le faisait comprendre, par exemple à 18h en rentrant de nounou je lui donnais. A force de le dire tout gentiment sans forcer les choses et en lui laissant toujours le choix, il me disait de lui même par la suite que la tétée c’était pour le dodo.

Il ne nous restait que la tétée du soir, ce moment de calme juste pour nous deux avant de s’endormir, celui qui lui permettait de commencer sa nuit sereinement.

J’ai commencé par ne pas donner le sein de suite mais le prendre dans les bras de la même position dans le fauteuil de sa chambre comme à notre habitude.

Il me racontait sa journée tout bavard, yeux dans les yeux, avec beaucoup d’amour puis il me disait tétée et je lui donnais.

J’ai commencé à expliquer à Léandre qu’il était un petit garçon maintenant, qu’il devenait grand et plus un petit bébé. Je lui ais expliqué que maman n’allait bientôt plus avoir de lait dans ses seins et que petit à petit la tétée ce sera fini.

Il répondait  » hoo noon »’ ‘tétée maman », c’était rigolo il me disait que la tétée c’était pour le dodo, qu’il voulait sa tétée. On faisait la tétée normalement malgré tout, en douceur et pendant plusieurs soir je lui raconterait la même chose tout en lui donnant.

Je lui disais petit à petit que nous allions arrêter la tétée, que nous avions passé de doux moment que ce n’était que du bonheur mais qu’il grandissait et que nous devions nous préparer à arrêter la tétée.

Je lui ais dis que je l’aimais énormément et que nous serons toujours aussi proches et câlins malgré le fait que nous arrêtions.

Petit à petit j’ai senti, et lui aussi que je n’avais plus autant de lait, les tétées s’ecourtaient.

Un soir papa a dit que c’était lui qui le couchait., je ne me sentais pas prête et je ne pensais pas que Léandre le serait également.

Finalement, petit câlin dans les bras de papa, Léandre a demandé la tétée, papa lui a expliqué qu’il y avait pas la tétée ce soir. Il a mis Léandre au lit et pas un pleur, pas un bruit il s’est endormi.

Je ne m’y attendais pas du tout, mon cœur de maman a pris un coup, la réalité était la, nous nous détachions petit à petit et en douceur, c’était le plus important.

Léandre était prêt ! Le lendemain petite tétée, maman pas bien suite au décès de notre furette Hecate, Léandre troublé aussi.

Le sur lendemain pas de tétée, c’est papa qui a assuré le couché, nous avons fait naturellement un soir sur deux puis un arrêt en douceur. Finalement je l’ai moi même couché sans la tétée, Léandre l’a bien accepté, il s’est rendu compte de lui même que je n’avais plus autant de lait, le fait de l’avoir fait avec beaucoup de temps et de douceur l’a aidé à se sentir bien et prêt.

Nous sommes toujours aussi proches et fusionnels malgré l’arrêt de l’allaitement !

Si c’était à refaire, je referais notre aventure lactée à l’identique, tout était parfait, chacun avait sa place et se sentait bien.

J’ai adoré allaiter et j’en ais appris beaucoup sur moi même, mes capacités, mes limites, j’ai découvert une force en moi que je ne soupçonnais pas.

J’espère que notre partage aidera d’autres maman qui souhaitent soit tenter l’aventure de l’allaitement soit arrêter en douceur quelque soit la raison ! Et aidera d’autres maman à se sentir moins seule en se retrouvant dans nos paroles

J’avais besoin d’immortaliser cette aventure et cette fin d’allaitement sur mon blog de mon côté, c’etait tellement de bonheur !

J’espère que vous aurez pris autant de plaisir à me lire que j’ai eu à écrire.

À très vite

Sévy

28 commentaires sur “Fin de l’allaitement, cette belle aventure lactée

  1. Très belle article 🙂 étant une maman qui a allaiter ses 3 enfants mais ou mes filles ça a malheureusement étais un flop suite à de mauvais conseil du corps médical …
    Pour mon fils j’ai pu l’allaiter 15 mois (comme toi je penser pas aller aussi loin) mais ces moments de partage entre une mère et son fils,ce moment d’amour de le voir apaisé en étant au sein et s’endormir sereinement te donne pas l’envie d’arrêter; jusqu’au jour ou ce n’est plus toi qui choisi mais ton enfant ( pour ma part c’est mon fils qui s’est arrêter de lui même) et que tu doit l’accepter.
    Il a 20 mois ce jour et de te lire me donne cette nostalgie et ce manque de ses instant avec mon ti amour 🥰 ou pour lui j’ai pu réussir mon allaitement exclusif sans souci et pas avec du lait en poudre pour compléter les tétées comme avec ses sœurs.
    En tout cas très belle articles, j’adore vous suivre vous êtes une adorable petite famille et ton petit lardon 😉 est juste adorable.
    Bisous 😘

    J'aime

  2. Quel joli article et tellement bien illustré. Oh des souvenirs d’allaitement, j’en ai des tonnes aussi. Un allaitement facile et partout avec Baptiste, un tire allaitement plutôt avec Valentine qui ne savait pas prendre au sein et avec qui les tétées étaient plutôt pour les câlins car elle a commencé au DAL puis au biberon mais ces moments sont tellement plein d’amour et de complicité. 7 mois 1/2 pour le premier, (avec quelques tétées d’urgence et bien pratiques par la suite notamment en avion ou chez sa marraine alors que toute la maison dormait et que c’était le seul moyen de l’apaiser), 5 mois pour ma choupette mais cette coquine revient régulièrement faire un câlin et glisser sa main dans le décolleté quand elle est vraiment KO. Le souvenir reste 😉

    J'aime

  3. Quel article touchant et je pense que beaucoup de maman vont s’y retrouver je suis maman de trois enfants ma première a 30 je l’ai allaiter 8 mois et ma deuxième une année et mon fils un peu moins 6 mois car j’avoue que lorsque l’on retravaille on va être fatigué plus vite et j’avoue moi ça été beaucoup de la fatigue 💤 j’ai vraiment été au bout en tout cas c’est un moment unique et un momént que l’on n’oublie jamais L’allaitement est vraiment un moment privilégié et surtout les moments qui nous relie à eux Ton article est magnifique et intéressant et toutes les mamans s’y retrouveront et pourront aussi avoir des conseils en cas de doute tu est une maman formidable rempli de sincérité reste la même

    J'aime

    1. Bonjour merci beaucoup ça me touche énormément, merci de venir toi aussi partager avec nous à travers ton commentaire, j’espère en effet qu’il aidera d’autres mamans en plus de faire sourire les mamans nostalgiques !

      J'aime

  4. Bravo pour votre article
    Je me reconnais bien dans celui ci 11 mois 1/2 d’allaitement pour moi et c’est vrai que c’est un moment magique et on ne veut pas que ça se termine trop vite 😉
    Mais le corps dit stop par moment et j’ai vraiment eu de la peine d’arrêter mais je suis fière de moi comme même 😅
    Je recommencerai avec plaisir 😊

    J'aime

  5. L’allaitement … une des plus belles choses que j’ai réalisé dans ma vie. J’allaite mon petit bout depuis 1 an bientôt, je m’étais fixé cet objectif minimum mais au final … c’est tellement quelque chose de naturel, de fort, que je ne peux pas arrêter. C’est lui qui décidera au moment voulu mais j’espère que ça sera dans très très longtemps car rien que de penser à une possible fin , mes larmes coulent 😅 félicitations à toi pour ces 19 mois d’allaitement c’est magnifique 🤍

    J'aime

  6. Je me reconnais énormément dans ce que tu décris. Mes deux premiers allaitements se sont arrêtés trop rapidement à 5 et 8 mois. Pour ma petite dernière je persévère et nous en sommes à 9 mois maintenant, ce n’est que du bonheur malgré les difficultés à surmonter. Ce lien est tellement fort. J’espère arriver tout comme toi aux 19 mois…

    J'aime

  7. Couciu sevy. Je vien seulement de lire ton article. Moi de mon côté j’ai donné le sein une seule journée mais il fallait absolument que je donne mon lait. Du coup j’ai tiré pendant 2 semaines toutes les 3h. Jetait épuisé mais heureuse.
    Malheureusement la santé de ma fille m’a fait faire beaucoup d’aller et retour à l’hôpital et du coup je n’y arriver plus. Mais j’ai vécue ce moment où j’ai vue mes poches de lait dans le frigo diminuer. La baisse des ML dans les bibs… ahlala. Jaurai au moin donner le meilleure pendant 2 belles semaines.
    Félicitations pour ta belle aventure 😊.
    Bisous

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.