Découvertes

Offrir une chance de donner la vie, parlons don de gamètes

Bonjour à tous et bienvenu(e) s à tous sur le blog !

Aujourd’hui en partenariat avec l’Agence de la biomédecine j’ai le plaisir de vous écrire cet article sur le don de gamètes ! Le don de gamète est un don d’ovocytes pour les femmes et de spermatozoïdes pour les hommes.

Ne pouvant pas moi-même faire ce don étant donné que j’ai la maladie de Crohn, j’ai eu envie d’agir à mon petit niveau et j’espère pouvoir sensibiliser au plus grand nombre grâce à cet article que je suis très touchée d’écrire !

Nous avons tous cette capacité de pourvoir sensibiliser autour de nous, orienter et informer si nous en avons les connaissances pour permettre à d’autres femmes et hommes d’avoir ce déclic de faire un don ou de sauter le pas pour en recevoir un.

J’ai reçu une vague d’émotions et de messages dès le départ lorsque j’ai parlé de ce sujet en stories ! J’ai reçu des témoignages bouleversants, ceux de futures mamans en attente de dons, de maman qui ont données la vie grâce à un don, de femmes et d’hommes ayant faits un don et même d’adultes nés d’un don.

Si vous me suivez, vous savez que je suis hypersensible, j’ai été très émue à chaque partage et message. Quel bonheur de pouvoir aujourd’hui vous partager cet article enrichi de vos témoignages. Merci à tout ceux qui y ont contribués, merci de votre confiance et merci à l’Agence de la Biomédecine d’avoir pensé à moi pour parler de ce sujet qui ne doit pas être tabou.

Je vous invite à découvrir les pages Instagram et les sites officiels de l’Agence de la Biomédecine @Jedonnemesovocytes et @Jedonnemesspermatozoïdes .

Voici le site officiel du don d’ovcytes pour vous aider à trouver un centre près de chez vous ou à repondre à vos questions et le site du don de spermatozoïdes.

Tout d’abord, qu’est ce que le don de gamètes et pour qui s’adresse t’il ? Qui peut donner ?

Le don de gamètes c’est un don d’ovocyte pour les femmes ou un don de spermatozoïde pour les hommes que l’on donne pour aider de futures femmes ou de futurs couples à avoir eux aussi un enfant.

Le don de gamètes c’est un don d’ovocyte pour les femmes ou un don de spermatozoïde
pour les hommes afin d’aider de futures femmes ou de futurs couples à avoir un enfant.
Toute personne en bonne santé, de 18 à 45 ans pour les hommes et de 18 à 37 ans pour les
femmes, peut donner ses gamètes !

Saviez-vous qu’il y a plus de femmes donneuses de gamète que d’hommes ?

Et pourtant la masturbation pour recueillir des paillettes de spermatozoïdes est beaucoup plus simple
qu’une ponction pour prélever les ovocytes pour la femme ! Je vais tout vous expliquer plus bas.

Les chiffres clés en 2019 : 836 femmes ont fait un don d’ovocytes. ● 409 enfants sont nés vivants suite à une AMP réalisée avec don d’ovocytes ● 317 hommes ont donné des spermatozoïdes ● 987 enfants sont nés vivants suite à une AMP avec don de spermatozoïdes

En 2019, plus de nouveaux 3 300 couples avaient sollicité un don d’ovocytes ou de spermatozoïdes en France.

Malheureusement parfois nous ne pouvons faire un enfant naturellement et nous avons besoin d’un petit coup de pouce ! C’est pour cela que le don existe ! Pour rendre la procréation possible pour tous ! Pour que chaque homme qui ait envie d’être père le puisse et que chaque femme qui souhaite porter la vie au creux de soi le puisse également.

Je me sens très concernée par cette problématique, avec ma maladie de Crohn, j’ai mis 9 mois avant que Léandre se loge au creux de moi… J’ai pleuré, douté, eu peur que cela n’arrive pas, j’ai été sous traitement pour aider les pauvres ovaires flétris et finalement, mon miracle est arrivé….

En tant qu’en maman, j’ai ressenti cette envie viscérale de devenir maman, je comprends totalement ces femmes qui ne rêve que d’une chose, avoir la vie au creux de soi et donner naissance à des enfants.

PJe vous invite à lire également mon article sur ma maladie de crohn ou mon article parlons vie de maman, maladie chronique crohn et allaitement.

A qui bénéficient les dons? Les dons de gamètes s’adressent aux couples hétérosexuels,
aux couples de femmes et aux femmes célibataires (nouvelle loi bioéthique du 2 août 2021).
Les receveurs recourent à une assistance médicale à la procréation (AMP aussi appelée
PMA). Aujourd’hui grâce à l’évolution de la loi il y a plus que jamais besoin de dons pour
toutes ces femmes et ces couples qui souhaitent devenir parents !

Pour les personnes qui souhaitent faire un don de gamète, c’est un geste avec beaucoup de sens, un vrai don de soi volontaire pour permettre à une autre famille de devenir parents !

Saviez-vous que les frais médicaux sont pris en charge à 100%? Le don est un geste gratuit pour le donneur et tous les frais liés au don de gamètes, qu’ils soient médicaux ou non-médicaux (transport, hébergement, garde d’enfants, etc.) sont pris en charge par l’ établissement de santé.

Toute personne en bonne santé, de 18 à 45 ans pour les hommes et de 18 à 37 ans pour les femmes, peut donner ses gamètes !

Aujourd’hui grâce à l’évolution de la loi il y a plus que jamais besoin de don pour toutes ces femmes et ces couples qui souhaitent devenir parents !

Un réel enjeu de diversité pour les dons Il y a encore plus d’attente pour les personnes

personnes issues de la diversité (afro-descendants ou asiatiques) qui souhaitent un enfant qui leur
ressemble et qui aimerait avoir un don qui se rapproche le plus de leurs origines. Et malheureusement plus une femme attend un don qui peut prendre plusieurs années, plus ses chances de devenir maman diminue à cause de son âge.

Dans les dons de gamètes, on ne retrouve pas la richesse de la diversité des origines que l’on retrouve dans la société en France et il est important qu’il y ait des donneurs de toutes les origines pour répondre aux besoins des futurs parents.

Le don en France est soumis à 3 conditions: il est gratuit, il faut votre consentement et il est anonyme!
L’anonymat demeure entre vous et la personne qui reçoit le don. Le couple ou la femme qui bénéficie de votre don n’aura pas connaissance de votre identité. A partir de septembre
2022, si vous effectuez un don, seul l’enfant né de ce don pourra, s’il en fait la demande à sa
majorité, accéder à vos données non identifiantes et à votre identité pour connaître ses origines. Aucune filiation légale ne peut être établie entre vous et la personne issue de votre
don de gamètes.

D’ailleurs mêmes les anciens donneurs qui ont fait ce don il y a plusieurs années peuvent mettre à jour leur dossier et permettre aux enfants nés de ces dons d’avoir accès à leurs origines. C’est vraiment important pour ces enfants de prendre connaissance d’une partie de leurs histoires! Ils ne recherchent pas une famille car ils en ont déjà une, ils recherchent juste les petites infirmations manquantes pour se sentir bien dans la construction de leur propre histoire et identité ! D’ailleurs à la fin de cet article vous avez un superbe témoignage d’un adulte nés d’un don de spermatozoïdes !

Maintenant, vous vous demandez sûrement où faire un don? Les dons de gamètes se font dans les CECOS (Centres d’étude et de conservation des œufs et du sperme humains), il existe 31 centres de dons répartis en France dans les territoires d’Outre-Mer, n’hésitez pas à regarder s’il y en a un proche de chez vous via ce lien !

Par le biais de cet article, je souhaite vous apporter les informations nécessaires pour
comprendre le processus du don de gamètes, comprendre qui peut donner et qui peut
recevoir. Et qui de mieux placer pour vous donner ces informations que les personnes qui
ont eux même vécu ce processus ! Je remercie infiniment ces femmes et hommes qui ont
pris le temps de partager leurs histoires ici, merci pour la confiance qu’ils m’ont accordés.

Voici le témoignage d’Océane qui a fait don de ses ovocytes pour d’autres femmes :

« La 1ère fois que j’ai entendu parler du don j’avais tout juste 17 ans. J’ai eu tout de suite le sentiment que je DEVAIS le faire, que si j’étais en capacité d’apporter quelque chose à des personnes qui en avaient besoin il le fallait le faire. Fin 2016 j’ai eu mon petit garçon et nous avons assez vite envisagé d’en avoir un second, ma fille est arrivée en septembre 2019. Suite à sa naissance l’idée m’est revenue : « dès que mon retour de couche arrive, je prends rendez-vous pour un don d’ovocytes . » J’ai demandé des informations à ma sage-femme sur les démarches à effectuer, elle m’a donc indiqué qu’il fallait téléphoner au CECOS de ma région pour avoir un 1er rendez-vous.

A mon retour de couche, j’appelle immédiatement le CECOS qui me fixe un rendez-vous avec le professeur en charge du service. Ce rendez-vous sert essentiellement à informer la donneuse du processus de don, informer sur la loi bioéthique et prendre toutes les informations nécessaires concernant les antécédents familiaux de là donneuses et ses données physiques (couleur et nature des cheveux, couleur des yeux, etc)

Après ces informations j’ai été dirigée vers la sage femme en chef du service AMP, elle m’a posé des questions sur mon cycle afin de pouvoir programmer les rendez-vous suivants pour des prises de sang et des échographies. Nous nous sommes revues quelques temps après pour une prise de sang, une échographie et un caryotype qui devait être réalisé. Les résultats mettant environ un mois et demi à arriver, c’est ce qui a été le plus long dans la démarche. Une fois que les résultats sont arrivés j’ai été rappelée pour me dire que tout était ok et que j’allais pouvoir faire partie des donneuses! J’ai effectué le rendez-vous avec la psychologue où nous avons évoqué des questions relatives à la loi de bioéthique.

Avec la sage femme nous avions convenu que je devais appeler dès mes prochaines règles pour commencer le protocole de stimulation ovarienne. Un Rendez-vous avait été fixé pour une échographie de contrôle afin de voir dans quelle phase je suis, elle me donne les ordonnances pour entamer le protocole de stimulation ovarienne et des ordonnances pour faire pratiquer les injections par un(e) infirmier(e) si besoin. J’ai choisi de faire participer mon mari et c’est lui qui a réalisé toutes mes injections! J’ai également un document de consentement à signer et à faire signer à mon mari et un document me proposant la conservation d’une partie de mes ovocytes pour moi. Le protocole de stimulation dure un peu moins de 3 semaines, avec seulement une dizaine de jours d’injections. Il faut pouvoir se rendre assez disponible car une fois qu’on commence les injections il y a des échographies de contrôle avec prise de sang à effectuer régulièrement.

Il faut savoir que la loi prévoit que l’employeur laisse l’employé libre d’aller à ses rendez-vous pour ce type de don. J’ai la chance d’avoir un employeur qui encourage ces gestes fort et nous rémunère notre temps de travail lors de ces rendez-vous. Pour une échographie de contrôle j’ai également rencontré un anesthésiste pour m’informer sur le passage au bloc et choisir le type d’anesthésie. Mes ovaires étant facilement accessible, nous pouvions le faire sous anesthésie locale.

Mon protocole de stimulation s’est très bien passé, je l’ai trouvé relativement court au final, 3 semaines c’est quoi sur toute une vie ? Je n’ai pas eu de prise de poids (c’est la question qu’on me pose souvent), je me suis sentie juste un peu plus fatiguée que d’habitude et peut être un peu plus sensible.

Le jour de ma ponction ovarienne j’avais rendez-vous à l’hôpital à 7h, on me présente ma chambre, on me donne un masque propre et ma plus belle tenue à enfiler, une jolie blouse avec vue sur mes fesses ! Je dois passer à 8h30, on me donne quelques comprimés à prendre. 8h15 on vient me chercher pour m’emmener au bloc, je dois patienter dans mon lit dans le couloir devant le bloc le temps qu’ils désinfectent tout. C’était les 15 minutes les plus longues de ma vie je crois, le seul moment où j’ai eu peur car je n’ai jamais mis les pieds dans un bloc. Moment de panique, je me demande ce que je fais là, qu’est-ce qu’il m’a pris, est ce que je vais souffrir ?

On vient me chercher, l’équipe est très sympa, me rassure, me félicite pour ce geste, on me met une couverture toute douce avec du chauffage et on m’explique comment ça va se passer : position gynécologique, bétadine, on endort la zone de prélèvement, échographie endo-vaginale tout au long du prélèvement et le tour est joué. Je n’ai pas eu mal, juste une sensation de pesanteur mais pas douloureuse. En fait ça a été une moment d’une extrême douceur, tout au long de l’intervention une infirmière était à côté de moi à me tenir la main en me caressant la tête et à me parler, j’ai eu l’impression d’être dans un cocon. L’intervention au final n’aura durée que dix minutes.

Après cela j’ai été ramenée en chambre et j’ai enfin pu prendre un petit déjeuner, j’ai dormi un peu et le médecin est venu me voir pour s’assurer que je pouvais rentrer chez moi. Je n’ai pas saigné, j’avais quelques petites douleurs de règles mais rien d’insupportable, je suis rentrée chez moi avec un arrêt maladie d’une semaine et le repos recommandé pendant cette période.

Un couple que je connaissais a été recontacté 10 jours après ma ponction pour obtenir un don de gamète, ils attendent actuellement une petite fille prévue pour mi-janvier ! Quand j’ai appris ça, je crois que j’ai plus pleuré que pour mes propres grossesses !

Après ce 1er don je me suis renseignée pour savoir si on pouvais en faire d’autres. Le maximum légal en France est de deux dons, pour éviter les risques de consanguinité. Je souffre d’une endométriose et je sentais que la maladie étaient en évolution alors j’ai souhaité effectué mon second don tant que mon corps me le permettait.

Donner mes ovocytes, ça a été pour moi une des plus belles expériences humaines que j’ai pu réaliser. L’idée d’apporter du bonheur à d’autres personnes me procure énormément de joie et de fierté, le sentiment d’avoir accompli quelque chose qui a vraiment du sens dans ma vie et de totalement désintéressée. »

Merci beaucoup Océane pour ce témoignage très complet et très émouvant ! Je suis sur qu’il aura permis à d’autres femmes de visualiser concrètement toutes les étapes pour effectuer un don car tu as tout bien expliqué, on a l’impression de le vivre avec toi ! Tu peux être fière de toi d’avoir effectué ces deux dons et un grand merci pour ton témoignage !

Voici le témoignage de Fanny qui a reçu deux dons d’ovocytes pour avoir des enfants et de son mari Steve qui a choisi de faire don de ses spermatozoïdes :

J’ai eu mes 2 enfants grâce au don d’ovocytes, un long et difficile parcours mais que du bonheur au bout du chemin ! Je suis née avec une maladie génétique, le syndrome de turner. Cette maladie touche dans une grande partie des cas les ovaires. Lorsque j’ai 14 ans on m’annonce ma maladie, à 17 ans on m’enlever les ovaires. A cet âge là je sais que je vais devoir me battre pour avoir un enfant mais ça ne me touche pas émotionnellement.

Je rencontre mon mari et en toute franchise je me sens pas prête pour tous le côté médical. Nous lançons des démarches d’adoption puis nous déménageons et la arrive l’envie de se renseigner sur le parcours pma.

Nous sommes soutenue par une amie qui veut nous aider en faisant un don pour offrir cette chance à une femme sur la de liste d’attente et ainsi de nous permettre de moins attendre. Après 5 échecs nous avons eu notre petite puces de bientôt 5 ans, nous avons décidé de nous relancer pour avoir notredeuxième enfants et grâce aux dons je tombe enceinte de mon fils au bout du deuxième essai.

Suite à la naissance de ma fille, mon mari a voulu aussi faire un don de spermatozoïdes pour aider d’autres femmes. Dans ma vie comme chez tous le monde j’ai eu mes galères et mes batailles, celle ci était la plus difficile et la plus belle. Je ne remercierais jamais assez les donneuses grâce à qui je suis maman aujourd’hui !

Steve, le mari de Fanny a lui aussi souhaiter témoigner en ayant été donneur de spermatozoïdes pour d’autres femmes.

 » Bojour, suite à la naissance de notre petite Chiara, née grâce à un don d’ovocyte , j’ai décidé de faire un don de spermatozoïdes, car contrairement aux idées reçues, le médecin qui nous suivait en PMA m’avait indiqué qu’il y  avait cruel pénurie de don de gamètes masculines.


Je prends donc un rendez vous auprès du médecin mais également auprès du psychologue PMA qui se souvient encore de moi en tant que mari d’un couple receveur et qui souhaite connaître mes motivations de donneur . Je lui explique alors que je sais quelle est la souffrance de ne pas pouvoir être parents et que je souhaite aider le plus possible les couples dans cette difficulté.
Elle me demande si je suis contre de donner mes gamètes à une femme seule ou un couple homosexuel , je lui répond que pour moi le désir d’enfant est universel et que je ne refuserai pas que mes gamètes servent pour aider des parents en devenir .
J’explique bien sûr que Fanny est au courant de ma démarche de donneur et que mes enfants le seront aussi en temps voulu quand ils seront en âge de comprendre.
Le médecin m’explique que mon don servira pour 5 familles, elle me demande également si j’accepterais de revenir donner une seconde fois si jamais un couple de receveur connaîtrait un succès et voudrait se donner la chance d’obtenir les mêmes gamètes pour un second enfant, je répond bien sûr oui à cette question.

Le don ne nécessite aucun traitement médical avant contrairement aux donneuses, pas d’hospitalisation non plus. .S’ensuit alors le prélèvement après 5 jours d’abstinence la norme. Le prélèvement se fait de façon « manuelle », tout seul dans une pièce disposant d’une télévision et d’un lecteur DVD fournis. Pour aider nous avons plutôt mis en place un petit jeu distant avec Fanny.

A la suite du prélèvement que nous devons récolter dans une éprouvette, nous allons remettre l’échantillon immédiatement au laboratoire en répondant à 3 questions :- nombre de jour d’abstinence – il y a t eu perte d’échantillon au début ?- y a t il eu perte de la fin de l’échantillon?
Ensuite j’ai dû me soumettre immédiatement après à une prise de sang qui sera destiné à vérifier que mon échantillon puisse être utilisé (VIH ou autre MST une nouvelle fois contrôlées).


3 mois après ce prélèvement je suis rappelé par l’hôpital , ce qui traduit qu’au moins un des couples receveurs a eu un positif et souhaite disposer des mêmes gamètes mais cette fois en « congeler » afin d’essayer un second enfant dans quelques mois…
Mes motivations ont été d’aider les gens en difficultés de procréation , difficultés que j’ai connues, rendre le bonheur que des inconnues m’avaient donné lorsqu’elles ont donné leurs ovocytes et aider la science à avancer dans la recherche PMA pour tous les couples encore en souffrance. »

Merci beaucoup à ce couple pour son témoignage en tant que receveur de don mais également donneur ! Malheureusement parfois le processus est long comme vous le témoignez après 5 essais pour avoir votre fille mais quel bonheur ensuite pour vous d’être devenu parents ! Merci Steve de nous avoir expliqué comment se déroule un don pour les donneurs masculins !

Voici maintenant le témoignage d’Aurélie, jeune adulte issue d’un don de spermatozoïdes.

J’ai appris il y a peu ma conception. Mes parents avaient prévu de garder le « secret », je ne vous cache pas mon incrédulité lorsque j’ai reçu la nouvelle à presque 26ans. J’ai voulu en savoir plus auprès de mon CECOS. Je me suis alors heurtée à un mur : « l’anonymat ». Parce que oui, en France, le don est anonyme et l’enfant issu d’un don ne pouvait en principe jamais retrouver son/a donneur/euse. Heureusement, la loi de la bioéthique a évoluée avec la fin de l’anonymat, les enfants à naître pourront avoir accès à leurs origines s’ils le désirent.

Les enfants issus d’un don ne cherchent pas une famille, nous en avons déjà une, celle qui nous a élevé. En revanche, nous méritons comme tout être humain de savoir d’où l’on vient, à qui on ressemble, pourquoi la personne a fait ce don et surtout, connaître nos antécédents médicaux afin de pouvoir faire des dépistages préventifs par exemple.
À tous les donneurs/euses qui me liront, j’aimerais adresser ce message : en 2022, il sera possible pour les enfants déjà nés et majeurs de demander l’accès leurs origines, votre consentement vous sera bien-sûr demandé. Sachez que vous ne risquez rien à accepter de révéler votre identité, cela permettra juste à un enfant d’avoir enfin les réponses à ses questions et d’aller jusqu’au bout de votre don.

A tous les parents qui me liront, n’ayez pas peur de dire la vérité à votre enfant, il grandira sereinement avec cette information et ne vous aimera que davantage, vous serez ses parents, ceux qui l’ont désiré et ont mené le parcours du combattant pour l’avoir.

Voici un second Témoignage très complet lui aussi d’une donneuse d’ovocyte, celui d’Annabelle

 » Bonsoir j’ai franchi le pas en juillet dernier et j’ai fait don de mes ovocytes !
Nous sommes une belle famille avec une merveilleuse petite fille et un petit garçon chéri. Je suis tombée enceinte très rapidement 3 cycles et 2 cycles. Tout s’est merveilleusement bien passé!
Je savoure notre bonheur mais je me rappelle avoir croisé ce couple un jour.


Lors d’un mariage, attablé avec des connaissances on se met à discuter de nos enfants respectifs, la plupart étant gardé chez les mamies pour l’occasion. On apprécie notre soirée sans avoir à gérer les siestes ou couches et puis en détournant le regard je vois ce couple d’ordinaire si drôle, avoir une mine triste. En creusant un peu, ils rêvaient de fonder leur famille mais n’y parvenait pas.
Puis elle a partagé des articles de Don d’ovocytes sur Facebook et cela est resté dans un coin de ma tête. J’ai attendu que mon 2ème bébé naisse et j’ai contacté le CHU près de chez moi, de là une merveilleuse équipe attentionnée, admirative fait ma connaissance. C’était le début de cette super expérience!


On a dû s’y reprendre à 2 fois pour avoir le maximum d’ovocytes mais quelle fierté ! A chaque étape mon mari était présent Le premier rendez-vous a eu lieu avec une gynécologue spécialisée infertilité avec qui nous avons échangé sur mes motivations, mon hygiène de vie, fait une échographie et compté mes ovocytes en phase en maturation ainsi qu’une prise de sang.
S’en est suivi un rendez-vous chez une généticienne, avec mon arbre généalogique on a fait le point sur ma famille et les maladies de certains. Le but était évidemment d’éviter de transmettre une maladie héréditaire grave.


Une seconde matinée était consacrée aux résultats avec les infirmières, le calcul de mes cycles et programmer ce don oui un autre rendez-vous avec l’anesthésiste. Le personnel médical était d’une telle bienveillance j’en garde un très bon souvenir.
Lors de stimulation j’ai été suivi dans un centre de procréation proche de chez moi, 3 échographies vaginales et prises de sang. L’accueil était plus glacial, beaucoup de femmes ou couples traînant un énorme dossier sous le bras, l’air hagard.


J’ai du accueillir chez moi l’infirmière tous les soirs durant 10 jours pour les piqûres quotidiennes importantes pour bien stimuler avant le don. Se faire piquer devant les yeux de mes enfants a suscité un souhait de future vocation d’infirmière chez ma fille de 5ans!


Pour le jour du Don, un réveil très tôt pour être à l’hôpital dès 8h30. Une chambre seule, une équipe bienveillante, des inconnus qui me félicitent et me remercie pour ce beau geste.
Je suis en confiance, j’ai très peu de souvenirs du dons, juste une petite gêne lors du prélèvement et on me dit de ne pas bouger mais je suis dans les vappes.
Un réveil rapide puis un retour en début d’après-midi chez moi avec ma mère en surveillance pour la nuit au cas où car mon ami était absent.


J’ai ressenti de la fatigue mais pas spécialement eu de douleurs.
Sur le coup je m’étais dit  »plus jamais » vis à vis du temps consacrée à ce don mais 4mois après l’avoir effectué je serais prête à retenter l’expérience, pour la joie qu’il peut provoquer à d’autres femmes !  »

Merci beaucoup Annabelle pour ton très beau témoignage qui clos cet article ! Bravo à toi d’avoir effectué ces deux dons ! Je suis sur que tu auras répondu à beaucoup de questions d’autres femmes qui s’appretent à faire un don !

Merci à tous d’avoir lu cet article jusqu’au bout ! J’espère qu’il vous aura plus et aura
répondu à beaucoup de vos questions ! Nous avons tous cette capacité de pouvoir
sensibiliser autour de nous, orienter et informer si nous en avons les connaissances
pour permettre à d’autres femmes et hommes d’avoir ce déclic de faire un don ou de
sauter le pas pour en recevoir un. Je remercie de nouveau les personnes qui ont pris
le temps de témoigner pour cet article ! Je remercie également l’Agence de la
biomédecine et vous invite à vous rendre sur les deux pages Instagram et les deux
sites internet dédiés au don d’ovocytes et de spermatozoïdes qui répondront à
d’autres questions si mon article ne vous a pas suffisamment éclairé !

Nous nous retrouvons bientôt pour un live le jeudi 9 décembre 2021 à 20h30 sur le don de gamètes sur ma page Instagram en compagnie d’une femme médecin pour répondre à toutes vos questions ! Suivez moi sur mon Instagram Labulledesevy !

https://www.dondespermatozoides.fr/ et https://www.dondovocytes.fr/

A très vite

La Bulle de Sévy

Article sponsorisé par l’Agence de la Biomédecine, credit Yohann.d Photographie, photographies libre de droit site Pexels

14 commentaires sur “Offrir une chance de donner la vie, parlons don de gamètes

  1. Coucou Sévy, article et témoignages supers intéressants, poignants, émouvants. Bravo d’avoir mis des mots pour soigner ces maux masculins et féminins : Don de soi, don de vie ❤
    De gros bisous.
    Gaëlle

    J’aime

  2. Wahouuuuu!! C’est un article tellement beau. Bravo Sévy ! J’y réfléchissais depuis plusieurs années sans jamais sauter le pas mais tu me donne envie de tenter l’expérience.

    J’aime

  3. Bravo pour cette article très interessant, complet et comme d’habitude écrit avec beaucoup de sincérité (ça se ressent énormément!) . j’ai eu mes 4 enfants grâce à des fivs icsi donc même si je n’ai pas eu recours aux dons je sais ce que sait que de se battre contre l’infertilité. Donc cette article me touche! (Hypersensible également…).

    J’aime

  4. Coucou 👋 ton article m’a beaucoup toucher il est tellement intéressant et comme toujours bienveillant et c’est un sujet qui est plus qu’important merci beaucoup pour les personnes qui auront besoin de ce recours on n’est jamais trop informer je découvre encore et toujours merci énormément pour ce bel article écrit avec le coeur ♥️ ça se ressent

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.