Papotages, balades et billets d'humeur !

Parlons vie de maman, maladie chronique, crohn et allaitement

Bonjour à tous j’espère que vous allez bien ainsi que vos proches !

Je vous retrouve aujourd’hui sur le blog pour un billet d’humeur qui me tiens à cœur !

9 mois dedans 9 mois auprès de nous, ça y est Léandre a partagé autant de temps dans mon ventre que dans notre vie !

C’est passé à une vitesse folle, j’ai l’impression que c’était hier que j’accouchais et devenais maman !

Je repense avec émotion à ma grossesse, à mon accouchement. J’ai l’impression que le tout petit nourrisson a grandit tellement vite que je n’ai rien vu passer alors que pourtant j’ai profité à fond de chaque instant.

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler vie de maman, et de ma vie de maman donc forcément, d’allaitement aussi…

Mais j’ai aussi envie de donner de l’espoir aussi à toutes les mamans qui ont comme moi une maladie chronique et qui ont peur de devenir maman, d’allaiter, que leurs projets ne se réalisent pas.

J’ai tenue une journée les réseaux de la marque Lansinoh pour aborder ce sujet en story et en live pour répondre aux questions, mais je souhaitais également vous en parler dans un article sur mon blog !

J’aimerais aussi que l’on arrête de faire culpabiliser les Mamans qui donnent le biberon, et les mamans qui allaitent aussi.

Qu’on arrête d’utiliser l’un pour rabaisser l’autre, d’utiliser des excuses pour se justifier en dénigrant l’autre alors que l’on ne l’a pas vécue.

On a pas besoin de se justifier tour court en fait car chacun fait ce qu’il veut et ce qu’il peut.

Ce n’est pas la façon dont on nourrit son enfant qui importe mais l’amour qu’on lui apporte.

Comment peut ont dénigrer une façon de faire alors qu’on ne l’a pas vécue soit même pour en parler.

Moi je vais vous parler de vécue, du vrai, le positif, le négatif de MON EXPÉRIENCE qui ne sera jamais la même que les autres.

Mais une chose est sûre ne culpabilisez pas, vous donnerez forcément le meilleure de vous même à votre enfant, quelque soit la façon dont vous le nourrirez.

J’ai une maladie de Crohn stabilisée, une maladie inflammatoire chronique de l’intestin. Je vous en parle dans cet article la mici et moi.

Bourrée de traitement au début, cortisone à haute doses, grosse prise de poid, baisse de mes défenses immunitaires à cause des traitement, j’ai eu une ablation du bas du col de l’utérus à cause d’une maladie qui a proliférée vitesse Grand V…

Comme si la peur de ne pas devenir maman, ou de transmettre ma maladie à mon enfant ne suffisaient pas…

Sans parler de la baisse de libido avec tous les traitements !

J’avais tellement peur de devenir maman… Les douleurs de ma maladie, les diarrhées incontrôlables, la fatigue chronique, la gestion du quotidien…

PicsArt_04-29-05.05.42

Comment allais je pouvoir m’occuper d’un enfant alors que j’avais du mal à m’occuper de moi ?

Que parfois aller travailler avec ses douleurs, cette fatigue et ces diarrhées était une véritable épreuve…

Heureusement mon chéri m’a toujours soutenu, en me disant que je ferais une bonne maman et que je ne serais jamais seule à élever notre enfant, qu’il serait la !

Et oui, un enfant on l’élève à deux je ne serais pas seule, cette phrase m’a donné espoir.

Il serait la , tout comme moi pour élever notre fils, pour prendre le relais quand je serais trop fatiguée, pour se lever la nuit pour s’en occuper !

Je ne serais pas seule !

Puis m’a maladie s’est apaisée, les traitements aussi, donnant espoir que la maladie s’endorme et me laisse un jour devenir maman…

Il faut savoir qu’il vaux mieux avoir une maladie stabilisée avant de devenir enceinte. Il y a beaucoup plus de chances que la maladie reste endormie tout le long de la grossesse si elle est stable. Si ce n’est pas le cas, elle peut empirer avec les hormones… Et les crises de Crohn peuvent empêcher l’embryon de bien s’accrocher et augmenter un risque de fausse couche…

Par contre la maladie de Crohn ne rend pas moins fertile, et elle n’augmente pas bon plus le risque de fausse couche, c’est uniquement quand on est en crise.

On a autant de chances que les autres de devenir maman en aillant une maladie de Crohn, il faut juste stabiliser sa maladie de préférence avant.

J’ai mis 9 mois à tomber enceinte.

J’avais tellement peur de ne pas être maman puis quand il y a eu ce fameux positif, j’avais tellement peur de le devenir !

J’ai énormément stressé au début de ma grossesse sur le fait de devenir maman…

J’avais tellement peur de ne pas gérer le quotidien avec un bébé en plus de la maladie et du travail, de ne pas être une bonne maman… je vous en parle dans cet article, être enceinte pour la première fois.

J’ai vu une psychologue, j’en ai parlé, j’ai soufflé, évacué tout ça. Puis j’ai commencé à me projeter, à prendre plaisir avec ce petit être en moi ! Et j’ai profité à fond de chaque instant du reste de ma grossesse.

Avec papa on se disait souvent, on n’est pas prêt ! Mais en même temps, je pense que tous les futurs parents ont pleins de questionnement en tête !

On est tous pareil ! Comment imaginer un quotidien à 3, quelque chose d’inconnu que l’on n’a pas vécu !

Lorsque l’on devient parent on a tous des millions de questions en tête, mais en parler et voir que finalement, qu’on est une maladie ou pas, tous le monde se pose des questions, sa rassure ! On relativise en ce disant que finalement on est normal et qu’on passe tous par cette phase de questionnement !

J’ai vécue une grossesse normale, comme tout à chacun ! J’ai écrit ce deuxième article sur ma grossesse, puis un accouchement également parfait que je vous racontait dans cet article.

J’ai passé 9 mois de grossesse à me papouiller le ventre, le corps et l’esprit est bien fait, chaque jour je me sentais de plus en plus prête à devenir maman, tout s’achemine petit à petit.

Puis, pendant ma grossesse j’ai pensé à allaiter… Je voyais cette expérience tellement difficile, inatteignable pour moi qui suis déjà tellement fatiguée de base…

Je vous parle aussi d’allaitement et tire lait dans cet article.

Alors je me suis dis pas de pressions, j’en ai envie, et bien on essaye et on voit !

Et au pire on fera un allaitement mixte comme ça si ça ne fonctionne pas tempi, j’arrêterai…

Puis finalement, dès la tétée d’accueil j’ai su que je ne voulais que ca, que c’était le meilleur pour nous !

Je ne souhaitais pas supplémenter mon fils en lait en poudre, je voulais subvenir entièrement à ses besoins.

Les debuts n’ont pas été facile, je l’appelais mon petit piranha ! Je me mordais le doigt pour le debut de tété qui était douloureux quand il prenait le sein, le temps que mon corps s’habitue !

Je vous rassure, après on ne sent plus de douleurs sauf si bébé prend mal le sein et est mal positionné !

De plus mon fils avait une excellente sucions ! Il m’a déclenché des contractions post accouchement tellement il tétait avec rigueur ! Ce phénomène est naturel, il permet à l’uterus de se remettre bien en place mais chez moi elles étaient très fortes !

Les sages femmes à l’hôpital ne pensaient pas que c’était possible étant donné que c’était mon premier enfant et pourtant ca l’était ! J’étais toute tremblante au dessus des toilettes à avoir des nausées tellement les contractions étaient forte !

J’ai cru en nous, en notre allaitement, soutenu par mon chéri, j’ai mis le plus possible mon fils au sein, j’ai eu une montée de lait très rapide !

Je refusais la tétine pour favoriser ma montée de lait, éviter toute confusion et ne pas faire sauter de tété à mon bébé. Ma sage femme m’avait dit qu’il vaut mieux éviter tout biberon ou tétine le premier mois pour être sur que l’allaitement se mette bien en place !

Finalement Léandre n’a jamais voulu de tétine et plus tard quand j’ai repris le travail, le biberon était une vraie galère, monsieur préférait manger directement à la source !

D’ailleurs n’hésitez pas à aller voir le site de la Leache legue il y a pleins de supers infos pour les mamans allaitantes.

Ma maladie ne m’a pas empechée de devenir maman, j’ai eu la chance de réduire au plus bas mes traitements pendant ma grossesse pour finalement les arrêter avec accord de ma gastro-enterologue !

Certains traitements sont compatibles avec une grossesse et avec l’allaitement mais ao fait le choix de tout arrêter pour mon fils et parceque ma maladie et ma médecin m’ont permis de le faire.

Aujourd’hui Léandre va avoir 10 mois et je n’ai pas encore repris mais traitements car j’allaite et ma maladie reste suffisamment stable.

Les hormones aident sans doute !!!!

Concernant la fatigue, qu’est ce que j’en pense maintenant que je suis maman ?

Nos enfants nous font déplacer des montagnes !

J’ai découvert en moi une force insoupçonnée !

Jamais je n’aurais pensé être capable de me lever 4 fois la nuit voir plus pendant 9 mois pour m’occuper de mon fils.

En plus pas de chance c’est un mauvais dormeur il se réveille la nuit et a besoin de moi pour le rendormir… Et la journée s’ouvrant c’était 30min de sieste maximum d’affilé ! Heureusement maintenant il fait de plus longues siestes.

J’arrive malgré des nuits hachées a aller travailler ! Bon en étant un peu en mode zombi mais j’y arrive !

Je me suis couchée à 21h pendant des mois car j’ étais fatiguée mais je ne me suis pas mise en arrêt de travail, je suis fière !

Sachant que en plus je tirais mon lait au travail pour que mon fils puisse manger chez nounou.

C’est un réel don de soi, un sacré investissement, le peu de temps que l’on a on l’offre à son enfant mais je sais que c’est la plus belle expérience de ma vie qu’est l’allaitement.

Je me suis construite en tant que mère autour de cet allaitement, je me suis re découverte, forgée, comme une lionne à tout défendre et donner le meilleur pour mon bébé.

J’ai defendu corps et âme notre allaitement parceque j’avais confiance en nous.

Je n’ai pas écouté les doutes qu’essayait de me mettre famille ou ami en me disant que mon lait n’était pas assez nourrissant.

Je sais que pour un 2eme enfant s’il y a, je ferais de nouveau confiance en la nature des choses et à notre allaitement.

Quand je vois comment mon fils se porte bien, il est grand, beau, fort, en bonne santé, ca n’a pas de prix.

Je suis fière d’avoir tout donné pour lui, ce que je pense être le meilleur de moi même !

Et ça malgré ma maladie de Crohn !

Et si moi je l’ai fait alors que j’avais si peu confiance en moi, vous le pourrez aussi, si c’est votre souhait, votre envie, je vous le souhaite de tout cœur

Voir mon fils le sourire aux lèvres mon sein en bouche, c’est la plus belle vision qu’il m’est été donné de voir.

J’ai l’impression d’être une mère entière, accomplis. Le corps est tellement bien fait, j’apporte tout a mon bébé en lui donnant le sein !

Je le nourris, le réconforte, lui apporte les defences immunitaire dont il a besoin, je le vois grandir et s’épanouir dans mes bras avec ce regard pleins d’amour et de complicité.

C’est une belle expérience et leçon de vie qu’est l’allaitement, je ne regrette rien, c’est merveilleux !

Si tu m’as lu jusque la et que tu souhaites en lire d’avantage, j’ai eu le plaisir d’être interviewé par plusieurs sites!

Mon interview pour We are Patients

Mon interview pour Magic Maman

Mon interview pour Parole de maman

Mon intervew pour Maman Vogue

À très vite

Sévy

6 commentaires sur “Parlons vie de maman, maladie chronique, crohn et allaitement

      1. Bravo! Oui vous êtes forte c’est une belle histoire. J’allaite aussi mon fils à maintenant 21 mois c’est une aventure magnifique !

        J'aime

  1. Tu as beaucoup de courage tout ce que tu fais malgré ta maladie bravo ton allaitement je te tire mon chapeau moi j’ai essayé j’ai tenu deux mois et après j’avais plus de lait du jour au lendemain.😘😘😘

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.